Week-end à vélo sur l’île d’Ouessant

Week-end à vélo sur l’île d’Ouessant

Les îles à visiter en Bretagne ne manquent pas. Nous en avons visité plusieurs déjà mais l’île d’Ouessant a ce petit quelque chose qui vous fera déconnecter de votre quotidien et qui vous reconnectera avec la nature, l’Océan, la Bretagne dans toute sa puissance et sa splendeur. Falaises déchiquetées par l’Océan, plaines herbeuses battues par les vents, plages de sable blanc et eau turquoise, phares, les ambiances et la variété des paysages ne manquent pas à Ouessant. Pendant les beaux jours pour profiter des balades et de l’Océan ou pendant l’hiver pour assister aux violentes mais majestueuses tempêtes, chaque moment de l’année est une visite différente sur cette île.

Nous nous sommes plutôt concentrés sur les balades et la découverte de l’île pendant les beaux jours. L’île d’Ouessant se prête bien à une découverte à pied ou à vélo, la circulation en voiture n’étant pas très importante et les sentiers pour se balader sont nombreux. C’est la raison pour laquelle nous sommes partis avec nos vélos pendant 2 jours pour explorer. Nous allons vous partager tous les points d’intérêt pour profiter au maximum de votre séjour.

Découvrez nos autres articles pour des voyages en France en consultant la carte intéractive du blog.

Présentation et localisation

L’île d’Ouessant se situe au large du Finistère Nord en Bretagne. C’est l’île la plus à l’Ouest de la France continentale, l’île du bout du monde comme on dit par ici. Elle fait environ 15 km² pour une longueur de 4km et une largeur de 2km environ.

L’île d’Ouessant se situe au sein de Parc Naturel Marin d’Iroise qui accueille une faune et une flore exceptionnelle (vous aurez peut-être la chance de croiser des dauphins pendant la traversée) ! L’île d’Ouessant n’est pas la seule île du secteur, il y a également sa petite sœur Molène, qui se visite également mais très rapidement, en quelques heures seulement. Vous croiserez aussi d’autres petites îles tout le long de la traversée.

Avant le départ

Quelques réservations seront à effectuer avant votre départ :

  • Tout d’abord la traversée avec la compagnie Penn Ar Bed. Vous pouvez embarquer depuis plusieurs endroits : Brest, Le Conquet, Camaret. Il y a des tarifs basse et haute saison et la possibilité d’embarquer vos vélos avec vous, ce que nous avons fait. Pour 1 A/R pour 2 adultes et 2 vélos en basse saison compter environ 100 euros et 120 euros en haute saison.
  • Vous pouvez prendre vos vélos avec vous ou en louer directement sur place, il y a de nombreux loueurs que ce soit dans le bourg principal de Ouessant (Lampaul) ou directement en arrivant à l’embarcadère : vélos classiques ou électriques vous aurez le choix. Pas besoin de réserver à l’avance
  • En haute saison, il faudra venir suffisamment à l’avance pour pouvoir vous garer. Par exemple au Conquet il y a un parking prévu à cet effet avec une navette qui vous emmènera à l’embarcadère. Donc quelques jours avant, étudier bien les possibilités pour garer votre voiture et prendre les renseignements nécessaires en fonction de l’endroit où vous embarquez
  • Même en basse saison, l’île est très prisée, on vous conseille de réserver votre logement à l’avance et avant d’embarquer. Oubliez les sites comme Booking ou Airbnb, ici tout se fait quasiment entre particuliers ou directement avec les professionels (et donc sans intermédiaire et frais supplémentaires). Une seule adresse pour trouver votre logement : https://ot-ouessant.fr/location-ouessant.html
  • Pour préparer au mieux votre séjour, le site de l’office du tourisme de l’île d’Ouessant vous apportera toutes les informations nécessaires

Quand partir ?

L’île bénéficie d’un climat océanique et donc d’une météo très variable et changeante. Pour maximiser vos chances de beau temps, l’idéal est de venir au printemps ou en été mais ça ne vous met pas à l’abri de quelques averses, on reste quand même en Bretagne et en plus à l’extrême Ouest 😉

L’hiver et l’automne, l’île se visite également en étant bien équipé pour profiter du magnifique spectacle des tempêtes. Mais attention à être prudent aux approches des falaises.

Comment venir ?

Avant d’embarquer avec la compagnie Penn Ar Bed que ce soit depuis Brest, Camaret ou Le Conquet, il faudra venir jusqu’à l’extrême Ouest de la Bretagne. Vous pouvez venir en train jusqu’à Brest et embarquer ensuite directement au port de commerce (vous pouvez même aller à pied de la gare SNCF jusqu’au port c’est juste à côté). Pour les autres endroits d’embarquement Camaret ou Le Conquet, c’est un peu plus compliqué et le seul moyen reste la voiture. Vous pouvez aussi atterrir à l’aéroport de Brest et des navettes en avion sont possibles jusqu’à l’île. Même si la vue doit être magnifique depuis les airs, il serait dommage de ne pas profiter de la traversée sur l’Océan.

Où séjourner ?

Vous aurez l’embarras du choix dans les logements : hôtels, camping, gites, maison d’hôtes. Sur l’île, il y a beaucoup de locations de particuliers et on vous conseille vraiment de choisir cette option afin d’être au contact des iliens qui se feront un plaisir de vous accueillir et de vous donner plein de bons conseils.

Pour notre séjour, notre choix s’est porté sur la maison d’hôtes Le Prat Meur. Elle est située en plein centre du bourg de Lampaul (la “ville” principale de l’île) et le côté pratique c’est que nous avions tout à proximité à pied : boulangerie et épicerie/supérette pour acheter de quoi faire le pique-nique, restaurants, bar (important l’apéro du soir), boutiques de souvenirs, office du tourisme.

En plus de la proximité du bourg, nous avons eu le plaisir d’être accueillis par une gentille famille où nous nous sentions comme à la maison. Les hôtes sont accueillants et très arrangeants. Ils pourront vous proposer table d’hôte le soir si vous le souhaitez avec des spécialités locales, vous proposer une location de vélo ou de voiture, organiser une excursion, vous donner plein de renseignements.

Même si l’endroit est proche du bourg, l’environnement reste calme. Les chambres sont confortables et bien équipées, on vous conseille vraiment cette adresse pour passer un excellent séjour. Les avis que vous trouverez sur Tripadvisor finiront de vous décider.

Que faire ?

Nous avons passé ces 2 jours à explorer l’île à vélo. C’est vraiment le moyen de déplacement idéal afin d’avoir le temps de bien découvrir l’île tout en prenant son temps. Au programme, paysages sauvages variés, visites et découvertes, baignades pour les plus courageux, on vous détaille tout ça.

Nous avons décidé de diviser l’île en deux. Pour notre première partie de séjour, nous nous sommes concentrés sur la partie Nord de l’île et ensuite nous avons exploré la partie Sud, afin que chaque journée soit une boucle à vélo.

     Découverte de la partie Nord de l’île

Cette partie de l’île est très sauvage avec comme paysages majeurs : falaises rocheuses déchiquetées et plaines herbeuses et fleuries (en fonction de la saison).

Nous avons commencé notre journée en nous dirigeant à l’ouest afin de découvrir l’emblématique phare du Créac’h. Emblématique car déjà sa couleur noire et blanche est très reconnaissable mais surtout car il s’agit du phare le plus puissant du monde. La disposition de ses 4 lentilles sur 2 niveaux est unique en son genre, 2 éclats blancs toutes les 10 secondes, sa portée est de 32 milles. Le Créac’h balise l’une des routes maritimes les plus fréquentées de l’Atlantique et marque la coupure entre la Manche et l’Océan Atlantique. Un puissant radio-phare et une corne de brume portant à 18km complètent son équipement. D’une hauteur de 55 m de haut (75m par rapport au niveau de le mer), il porte bien son nom car Créac’h en breton signifie “promontoire”. Il ne se visite pas mais le musée des Phares et Balises juste à ses pieds se visite et on vous le conseille vraiment pour en apprendre plus sur l’histoire des phares.

Après cet interlude explicatif, on va tenter de vous retranscrire par écrit les sensations qui se dégagent de ce lieu. Le mieux bien sûr est de se rendre sur place pour mieux ressentir et comprendre. L’Océan est face à vous, les falaises déchiquetées subissent l’assaut des vagues toute l’année et plus particulièrement l’hiver lors des tempêtes violentes attirant les photographes du monde entier. Le phare qui se dresse derrière vous a traversé ces tempêtes, a vu des bateaux en difficulté, des hommes à la mer et des hommes qui ont péri en mer sur cet axe mondialement connu pour sa dangerosité (à cause des courants et des rochers). Et puis il y a le silence, le bruit du vent, le chant des goélands.

Il y a en ce lieu une sérénité unique. Depuis plus de 10 ans qu’on parcourt la Bretagne, cet endroit nous a vraiment marqué plus que les autres, ainsi que ce phare unique, et il l’est vraiment dans son aspect mais aussi dans l’atmosphère qui se dégage de ce site.

Après avoir pleinement profité de ce lieu, on continue un peu plus à l’Ouest pour aller jusqu’à la pointe à l’extrême Ouest de l’île, la pointe de Pern où on peut voir au loin le phare de Nividic et encore plus au large le phare de la Jument. La vue sur cette pointe est magnifique. Nous sommes en plus à la bonne saison, les plaines herbeuses sont en fleur, ce qui rajoute un peu plus de beauté.

Après cette matinée riche en émotion, on reprend nos vélos et on se dirige vers l’Est toujours en restant sur la partie Nord de l’île. On longe la côte sans difficulté, tous les chemins sont adaptés à la pratique du vélo, sauf certains sentiers uniquement accessibles aux piétons. Dans ce cas on pose les vélos et on marche un peu pour rejoindre la côte. Tout le long du trajet c’est un enchainement de falaises et de plaines fleuries avec des vues imprenables sur l’Océan. On vous conseille de faire souvent des haltes pour admirer toute cette beauté, en particulier quand vous arrivez en face de l’île de Keller.

Puis on arrive complètement à l’Est au niveau de la pointe du Stiff et de son phare qui n’a rien d’exceptionnel avec à côté la très haute antenne radar que vous repèrerez de loin. Nous avons même eu la chance d’assister à un phénomène rare d’halo lumineux juste au pied de la tour radar. Ça valait le coup de venir juste pour ça !

Nous sommes arrivés au bout du bout, on rentre au bourg pour la soirée. Compter environ 15-20 min à vélo sans se presser.

     Découverte de la partie Sud de l’île

La Partie Sud change totalement de paysage : plages de sables blanc avec eaux turquoises, petites criques cachées. Ce qui est sûr c’est que vous devez tenter la baignade ! C’est juste une expérience à part entière, c’est gratuit et ça fait tellement de bien !

Voici un petit aperçu en image, avec ces magnifiques couleurs, comment résister à une petite baignade 🙂

     Bourg de Lampaul

Le bourg de Lampaul, n’est pas très grand mais c’est très mignon, vous en aurez vite fait le tour à pied.

Nous vous conseillons d’aller faire un tour à la boutique de Chez Louise d’Ouessant qui fabrique des cosmétiques solides à base d’algues et de plantes médicinales récoltées sur l’île. On aime beaucoup ramener des souvenirs utiles lors de nos excursions et comme on utilise les cosmétiques solides le plus possible pour réduire nos déchets, on ne pouvait pas passer à côté. Et ça permet en plus de cela d’aider les commerces locaux, c’est très important pour nous. L’établissement fait également gîte et propose des ateliers.

Pour finir votre séjour ou après une journée d’escapade, le meilleur endroit est la terrasse du magnifique hôtel Roc’h ar Mor avec vue mer pour déguster leurs délicieux cocktails. Même si on n’est pas résident de l’hôtel, on peut profiter de la terrasse et du restaurant. Bref on est bien à Ouessant !

 Notre avis sur ce séjour

Nous n’avons passé qu’un week-end à Ouessant, mais nous avons tellement été émerveillés et transportés dans une atmosphère tellement différente du quotidien qu’on a eu l’impression de couper pendant 1 semaine. Ouessant a ce pouvoir de faire en sorte que vous ne l’oublierez jamais.

Nous avons visité beaucoup d’îles bretonnes (d’ailleurs ça mériterait plus d’articles à ce sujet), mais Ouessant a ce petit quelque chose en plus qu’elle nous a marqués plus que les autres. Notre endroit préféré restera la pointe Ouest dans le secteur du phare du Créac’h et cet endroit mérite une visite en hiver afin d’observer les magnifiques tempêtes hivernales.

On ne peut que vous conseiller de visiter cette île du bout du monde si vous voulez vivre et ressentir la Bretagne au plus profond de vous même, là où la nature vous appelle et vous fait vibrer.

Alors, qui va tenter l’expérience d’un petit séjour bientôt sur une île bretonne ?

Voyage effectué en Mai 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Instagram
Facebook
YouTube